La vocation de l’épiderme est la fabrication de la couche cornée. Ultime rempart de l’organisme, la couche cornée assure une fonction de protection dans laquelle les cellules mobilisées meurent lentement puis se détachent : c’est la desquamation.

 

Ce processus naturel est compensé par le renouvellement continu des kératinocytes dans la couche basale. Normalement, la migration d’un kératinocyte jusqu’à la couche cornée s’effectue en une durée de 21 jours. Dans le cas du psoriasis, ce cycle, désigné parfois sous l’appellation  » turn-over « , est très accéléré (environ 7 fois) puisque le kératinocyte atteint la surface de la peau en 3 à 5 jours. La conséquence est l’accumulation de cellules immatures (le kératinocyte  » n’a pas eu le temps  » de se transformer en cornéocyte, aplati et dénucléé, c’est-à-dire sans noyau). Les kératinocytes adhèrent davantage les uns aux autres. Ils ne sont pas repoussés assez vite et donnent naissance à des squames brillantes et argentées.

 

Parallèlement, les papilles dermiques sont engorgées par un infiltrat inflammatoire composé de deux catégories de globules blancs : les lymphocytes T qui libèrent des cytokines, substances à activité pro-inflammatoire et les polynucléaires neutrophiles qui libèrent des substances antimicrobiennes. La peau est agressée en permanence, la cicatrisation devient difficile. Le mécanisme est extrêmement complexe, et l’on ne sait pas avec certitude si c’est l’activation des cellules lymphocytaires T qui provoque la prolifération des kératinocytes, ou l’inverse, ou encore s’il s’agit d’un cercle vicieux.

 

Quoi qu’il en soit, les cellules de la peau sont prises pour cible et c’est la raison pour laquelle l’on considère le psoriasis comme une affection auto-immune, c’est-à-dire provoquée par une réaction du système immunitaire dirigée contre son propre organisme.

 

La génèse

A la loupe

 

POURQUOI Y A-T-IL HYPERPROLIFERATION DES KERATINOCYTES ?

 

Face à une agression cutanée, le système immunitaire naturel mobilise les kératinocytes et les polynucléaires neutrophiles.

Chez le sujet psoriasique, il s’ensuit une réaction précoce impliquant les lymphocytes T sécrèteurs de cytokines qui favorisent la division cellulaire.

 

COMPRENDRE - psoriasis - genese 1

 

Le kératinocyte du sujet
psoriasique présente des anomalies
de ses récepteurs et du système
de transfert de l’information depuis
la membrane jusqu’au noyau.

 

COMPRENDRE - psoriasis - genese 2

 

Le kératinocyte du sujet
psoriasique a dans son noyau
des gènes impliqués dans le
développement de la maladie.

N.B. Les kératinocytes ne sont pas
les seules cellules impliquées dans
les lésions de psoriasis.
Les fibroblastes, les cellules endothéliales et les cellules du système immunitaire y participent également. Il est donc possible que d’autres gènes que ceux codant les kératinocytes soient en cause.

 

COMPRENDRE - psoriasis - genese 3

 

Bibliographie : Pr. J.J. GUILHOU – CHU de Montpellier – Laboratoires LEO