C’est ce que titre Le Parisien, qui constate que « cette maladie, dont c’est la Journée samedi 24 juin 2017, progresse. En cause, l’environnement mais aussi un terrain génétique ».
Le journal explique ainsi que « l’Association française de l’eczéma organise samedi la 3ème Journée nationale consacrée à cette allergie, «pour informer les professionnels de santé, les malades et les familles», car elle est en pleine progression ».
Le quotidien relève que « les médecins savent maintenant précisément ce qu’est l’eczéma ». Le Dr Pierre-André Becherel, du service de dermatologie de l’hôpital d’Antony, indique qu’il s’agit « d’une maladie du système immunitaire. La personne eczémateuse réagit de façon excessive aux allergènes. Il s’agit donc d’une pathologie environnementale, mais sur un fond génétique prédisposé ».
Le Parisien note ainsi que « si on n’a pas ces gènes, on ne développera pas cette maladie, même si on est confronté à ces polluants. Si l’un des parents est atteint, leurs enfants ont 50% de chances de l’être ».
Le journal observe que « selon la Société française de dermato-pédiatrie, cette pathologie concerne «plus de 2,5 millions de patients en France». Il s’agit de la deuxième maladie de peau après l’acné. 15% des bébés sont atteints d’eczéma et 20% des enfants de moins de 7 ans. Heureusement, dans la plupart des cas, cela disparaît avec l’âge, mais 4% des adultes sont touchés ».
Le quotidien souligne que « le nombre de patients concernés a triplé en 30 ans dans les pays industrialisés. La hausse de la pollution, notamment automobile, au cours des dernières décennies a entraîné une hausse de ces allergies de peau. Les pollens jouent aussi un rôle, ainsi que l’arrivée en Europe de différentes plantes exotiques que ne connaissaient pas les organismes occidentaux ».
Le Parisien note en outre que « cette maladie touche beaucoup plus les citadins que les ruraux ». Le Dr Becherel ajoute que « l’eczéma est aussi une maladie du stress. Il a un côté psychosomatique. Mais ça n’empêche pas que d’autres causes réelles, comme la pollution, peuvent le déclencher ».
Le journal explique ainsi que « le stress modifierait le système immunitaire de la peau et déclencherait les rougeurs et les démangeaisons. Il peut arriver aussi que l’alimentation joue un rôle. Certains enfants allergiques aux protéines de lait de vache peuvent déclencher cette dermatite. Dans ce cas, ne pas consommer de laitages peut éviter les crises ».
Le Dr Becherel souligne enfin que « pour éviter que la peau s’assèche, il ne faut pas hésiter à utiliser souvent des pommades hydratantes ». Le Parisien ajoute que « le froid (sac de glace, éventail…) calme rapidement les démangeaisons. En traitement, ce médecin préconise «des crèmes à base de cortisone, en traitement local». On peut aussi prescrire des traitements spécifiques, par voie orale, en cas d’eczémas sévères résistants aux thérapies locales ».

 

Les thermes de La Roche Posay seront présent pour la 3ème Journée Nationale des eczémas et de la dermatite atopique, avec la participation du Pr Christine Bodemer de l’hôpital des enfants malades de Necker.
Cette journée se déroulera le Samedi 24 Juin 2017, à l’Hôtel Hyatt Regency Paris etoile, 3, Place du Général Kœnig, 75017 Paris, France.

 

 

 

Les Thermes La Roche Posay, 20 ans de qualité certifiée